Le professeur Mathieu écrit au président Macron

Prof. Mathieu Aref

Monsieur le Président de la République,

Récemment les médias nous ont abreuvés d’une triste nouvelle qui me touche profondément : refus de l’entrée de l’Albanie dans l’Union Européenne. En effet vous avez pris, involontairement et sans arrières pensées, le parti des ennemis de l’Albanie, ceux qui la dénigrent, ceux qui lui jettent l’opprobre, ceux qui la méconnaissent et ceux qui, depuis des siècles, ont occupé la majeure partie de son territoire ancestral et ont assimilé son peuple dont l’histoire remonte bien avant le Néolithique. Vous avez compris, Monsieur le Président, je veux parler du pays des ancêtres de mes parents : l’Albanie.

Ce peuple est issu des Thraco-illyriens descendants directs des antiques Pélasges frères de sang des Étrusques. Lesquels Pélasges sont considérés par tous les auteurs archaïques, classiques et hellénistiques (voire plus tardifs) comme les « prédécesseurs » des Hellènes et « non leurs ancêtres» et mettent l’accent sur l’énorme héritage culturel récupéré (plutôt usurpé) par les Hellènes. Homère affirme, de la bouche d’Achille (Iliade XVI, 233/236), que Zeus est « dodonéen et pélasgique ». Zeus n’est donc pas grec : ce passage de l’Iliade a échappé à la censure des logographes du tyran Pisistrate promoteur de la première édition des poèmes épiques au milieu du VIe s avant JC ! Enfin dans l’Iliade et l’Odyssée (poèmes épiques de « tradition orale pélasgique » dite préhellénique) la plupart des anthroponymes, éponymes, théonymes, toponymes, oronymes et autres vocables s’expliquent grâce à la langue albanaise (sorte de fossile vivant) et non le grec. Je vais arrêter ici cette liste interminable, insolite voire dérangeante que l’on retrouve dans mes deux livres et ma thèse soumise à la Sorbonne/Paris IV en 2012.

Quant à l’histoire de ce peuple elle est jalonnée de diverses invasions ou occupations : Romains en -168 avant JC, Empire byzantin (395-1453), Slaves et Bulgares venus d’Asie centrale vers le VI/VIIe s après JC, Hongrois arrivés des contreforts de l’Oural au IXe s après JC et enfin les Ottomans qui ont occupé l’ensemble des pays des Balkans pendant près de cinq siècles (XVe s – début XXe s). L’Albanie s’est libérée du joug ottoman le 28/11/1912. Malgré les nombreuses souffrances et amputations territoriales subies ce pays reste toujours debout et conserve, par miracle, une infime parcelle de l’immense territoire des Pélasges (premiers ancêtres connus des Albanais), un vaste espace allant des deux bords du Danube à l’Égée et de l’Adriatique à la Mer Noire. En 1913 aux traités de Londres et de Bucarest ce sont les Grandes puissances qui, à défaut de créer des frontières ethnolinguistiques sûres, justes et naturelles, ont redéfini injustement les frontières de l’Albanie en accordant le Kosovo aux Serbes et en laissant en dehors des frontières officielles une grande partie de ses congénères répartis, aujourd’hui, entre le Monténégro, la Macédoine du nord et l’Épire du sud lequel, selon tous les auteurs antiques, n’a jamais fait partie de la Grèce stricto sensu : en -146 avant JC les Romains ont occupé la Grèce et ont créé une « Grande » Grèce (inexistante auparavant) y incluant l’Épire, la Macédoine et partiellement la Thrace !

C’est de cette Albanie-là qu’il s’agit, Monsieur le président, dont vous renvoyez l’adhésion à l’UE aux calendes grecques alors que d’autres pays balkano-danubiens y sont déjà. Une Europe à laquelle ce peuple a donné ces deux plus grandes civilisations : la grecque (via les Pélasges) et la romaine (via les Étrusques) ! Oui, Monsieur le Président, très nombreux sont ceux qui ignorent ces faits ou feignent de l’ignorer. Voilà pourquoi, Monsieur le Président, je m’adresse à votre honorable personne car j’ai de l’estime pour vous et mon espoir repose sur votre bienveillante attention pour prendre en considération ma requête : ne pas exclure un peuple aussi ancien, aussi fier et digne et malheureusement aussi méconnu.

Veuillez agréer, Monsieur le président de la République, l’expression de ma respectueuse considération. Mathieu Aref (docteur es Histoire de l’Antiquité et d’origine albanaise)

MEDIA INDEPENDENT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s