Le Kanun de Lek Dukagjin la constitution des montagnes, le code d’honneur des aigles

Par: Leon Molla

Le Kanun est un livre de caractère juridique et social qui défend les mœurs et les traditions du peuple albanais, en particulier de la population du nord de l’Albanie, qui connaît pour auteur le fameux prince Lekë Dukagjini, une figure emblématique est très complexe.

Lek Dukagjini,  est né en 1410, ayant l’homme de confiance de l’héros  national albanais Gjergj Kastrioti et un fidele de son œuvre, suite à la mort de ce dernier, a dirigé l’armée albanaise dans de nombreuses batailles contre les turcs.

En 1477 Lek Dukagjin a été blessé, durant la bataille pour défendre Krujë, face à l’armé ottomane.

Par la suite, Lek Dukagjin a continué la résistance dans les forteresses albanaise situées dans les montagnes du nord du pays, malgré que les vénitiens aient signé l’invasion turque de l’Albanie.

La dernière fois que le nom de Lek Dukagjini apparaisse dans les documents historiques, c’est en 1481, concernant le  passage à Raguse,  durant le voyage pour se rendre à sa principauté.

Les historiens et les chercheurs considéraient que Lek Dukagjin il est mort peut être en 1481, car par la suite n’a plus de traces d’autre documents, lui concernant.
Les historiens pensent que c’est grâce à son œuvre « Le Kanun », que les albanais qui résidaient au nord du pays, sont parvenus  à  préserver miraculeusement jusqu’à nos jours, leur langue albanaise, les traditions ancestrales, leur croyance religieuse en l’Église occidentale (catholique) et leur autonomie,  jusqu’à aujourd’hui.
Selon les ouvrages l’origine de la famille de Lek Dukagjin date du  1202-1204 son tribu occupait le sone de Zadrime,  situé près de la ville de Lezha et avec le passé les frontières se sont  élargies jusqu’au nord de l’Albanie.

Certains pensent qu’à cette époque, ses ancêtres  sont venues sur les territoires d’Arbre (Albanie), depuis la France, comme des Templiers et que leur leader s’appelait  Gjin Tanushi.
Selon une hypothèse l’origine du Gjin Tanushi, contrairement à celle de Duke Gjini vient d’une famille française Bonaventure, mais reste une pytotese en attente d’être prouvé par une étude minutieuse des archives françaises d’avant l’an1202 pour savoir s’il a existé dans le passé un telleprénom en France si oui dans quel région de France et connaître surtout l’histoire de cette famille à l’époque qu’elle a vécu.

Ainsi, l’auteur du Kanun, que les albanais connaissent sur le nom de Lek Dukagjin, est en vérité Lek III. Mais ce détaille n’ai mentionné nul par dans l’histoire de l’Albanie.
Cependant, à la fin du VIIe siècle, vers l’an 1510, le nom de Dukagjin apparais dans le testament du prince John Muzaka Dukagjini, ils étaient conduits jusqu’à Troy et après avoir combattu en Bosnie-Herzégovine, sont venus de France et se sont installés en Albanie.

Lek Dukagjin le dernier héritier de cette famille, à l’exception d’avoir combattue à coté de l’héro national Gjergj Kastriot, à laissé en héritage le Kanun, une œuvre humaniste de l’esprit unique et de la période de la Renaissance qui est apprécié par de nombreux sérieux chercheurs albanais mais aussi étrangers, qui le qualifie comme une œuvre monumentale.

Le Kanun était rassemblé et élaboré par le prêtre catholique albanaise Shtjefën Gjeçovi durant la période 1910-1925, dans 12 livres qui se réfèrent aux 1262 articles correspondantes aux règles hérités de génération en génération, ou sans doute le BESA c’est un institution important du patrimoine orgueilleuse du peuple albanais.
Le mot «BESA» n’existe pas dans d’autre pays du monde, et ce mot est lié avec le culte de l’honneur, la parole donnée.

Si les gens donner le « Besa », il n’y avait pas besoin de documents de l’église ou des témoins.

« Besa » est un engagement à agir ensemble pour un but particulier, sont utilisés comme mots d’honneur et en même temps donné à l’appui de quelqu’un ou dans le but d’être d’accort avec lui. Au jour d’aujourd’hui pour la nation albanaise le mot « Besa » est sacré, d’où l’expression très connue: «Un vrais Albanais préfère mourir que de violé le Besa»

Media Independent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s